:: Section RP :: Sea Blues :: West Blue :: Vernia :: Festival Annuel de Vernia :: Tournoi de Vernia Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Mini-évent - Tour 1 [Circée Bartholomew vs Suiten D. Minazuki]

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 31 Mai - 0:03


« Ce chien galeux ne peut pas s'empêcher de l'ouvrir. Tsk ! Quelle emmerde ! » Fit Lee, en s'approchant également de l'arène où les participants de son thème allaient concourir.


Lee Sang-yong, fondateur des Mad Dogs, la plus célèbre maison d'édition pour rappeurs.

Cigarette à la bouche, l'un des parrains de la musique mondiale et véritable magnat du rap à West Blue, originaire des îles Orion Tales fit son apparition. Désinvolte, imperturbable par son camarade bien plus enjoué à cet évènement, Lee Sang-yong regardait le tout avec un cynisme et une mélancolie qui avaient refroidi l'ambiance générale. Il s'en amusait, c'était assez contraire à ce qui l'entourait, à l'environnement dans lequel il se produisait. Pourquoi avoir choisi cette voie quand on a ce caractère ?

Ses yeux s'illuminèrent lorsque les deux participantes firent leur apparition. Carnassier, adorateur de la gent féminine, il vit ces deux très belles jeunes femmes et ne put s'empêcher de leur jeter des coups d'yeux lubriques. Assurément, il avait un regain d'intérêt pour la compétition :

« Eh mes belles, ça vous dirait d'abandonner ce festival à la con et de venir avec moi ? J'peux vous payer de jolis trucs, j'suis plein aux as, vous savez ? »

« On s'en fout de tes lubies de vieux con, LSY ! Fais-nous du rap. Du rap ! DU RAP ! »

« Et on dit que Vernia est une ville moderne ? Tsk ! Un ramassis de paysans, plutôt. M'enfin, il sera toujours temps de discuter plus tard. Allez mes jolies, montrez-nous ce que vous avez dans l'ventre. »

HRP : Voici les règles de ce rap battle :

1] - Vous allez vous affronter dans un échange de trois rounds, à chaque round son PNJ et son thème. Celui de Sang-yong est l'amour et vous allez devoir faire un petit rap sur cela.
2] - Le rap en question doit avoir six phrases, chacune composée de 20 mots max.
3] - Le délai de réponse maximum est de 72 heures. Le vote sera fait à l'issue des trois rounds pour déterminer le vainqueur.
4] - L'ordre de réponse dépendra de votre tirage au sort. Ainsi, c'est à Circée de commencer !
5] - Have fun et, surtout, ayez le bon flow.


Never-Utopia par Koalz
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Niveau : 17
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 1 Juin - 15:50
Circée était sur les nerfs. Pour l’occasion, il ne lui était pas possible de prendre ses cigares dans l’arène. Après tout, il lui faudrait articuler convenablement si elle tenait à passer à l’épreuve suivante. Les bras croisés contre sa chemise blanche, elle regardait les tribunes remplies d’un air mauvais. Beaucoup d’entre eux se questionnerait probablement sur la cicatrice sur son visage, s’en inquiéterait même. Tous la regardait elle, et la jeune demoiselle à ses côtés en attendant que l'épreuve ne débute.

En s’inscrivant, elle s’imaginait se retrouver dans une épreuve de force, un combat acharné avec l’ensemble des participants afin d’évaluer sur le front leurs aptitudes, leurs forces, leurs techniques. A la différence de cela, elle était ici, au milieu de la scène à attendre que ce « Rap Battle » ne commence une bonne fois pour toute.

Elyn était venue également, elle était installée avec les spectateurs qui la verrait se ridiculiser dans cette bataille de postillons. Pourquoi ne pas avoir déclaré forfait jusqu’ici ? Par fierté, mais également par curiosité. On raconte que le tournoi regroupait un ensemble de petites épreuves, il était donc toujours possible de voir apparaître une véritable épreuve de force contre ses adversaires.

Enfin, des adversaires…

Aucun candidat ne donna la chair de poule à la Bartholomew : il s’agissait plutôt d’un regroupement d’enfants, un spectacle de fin d’années dans lequel Circée ne s’étonnerait pas de voir les parents dans les gradins. Parmi eux se trouvait Noah et Hannah, deux jeunes gens dont elle a déjà eu l’occasion de croiser la route. Il était certain que la blondinette ne se serait pas attendu de croiser la route de son employeur dans un évènement pareil tandis que Noah.. Eh bien, elle ne le voyait pas réellement penser à quoi que ce soit.

Un homme à la chevelure blanche s’avança vers elles, une cigarette en bouche. L’ambiance générale baissa d’un cran en sa présence, il savait refroidir les ardeurs du public là où l’on espérait l’inverse. Un fin sourire brisa l’expression morne de la Bartholomew, elle l’aimait bien. Du moins, jusqu’à ce qu’il ne vienne à s’exprimer et les inviter à le suivre sous prétexte qu’il était riche. Plus jeune, Circée aurait peut-être eu quelques instants d’hésitation, après tout, la sécurité était une chose qui manquait nettement dans sa vie de criminelle. Mais il suffisait de goûter l’amertume d’un fruit pour se trouver rapidement rassasier de toutes propositions. Elle ne prit pas la peine de lui répondre, le public s’était lui-même imposé, réclamant à ce que les festivités commencent.

Circée était la première à s’exprimer, la musique ne tarda pas à remplir l’endroit, animant le public par les battements rythmés du tempo. La Bartholomew sentait son coeur vibrer sous les coups brutaux du son, le micro dans les mains, elle prit une grande respiration et ordonna un :

« Coupez la musique. »

Après une certaine hésitation, on diminua le son de la musique, s’attendant à entendre la femme déclarer forfait. Déjà quelques murmures désapprobateurs comblèrent l’absence de son. Elle reprit :

« Je n’ai pas besoin de ça. » Un sourire carnassier s’étira sur son visage, elle avait une idée derrière la tête, c’était certain.

La femme se racla la gorge et vint claquer son pied droit sur le sol. Bien évidemment, le son était imperceptible, seul Mina pouvait l’entendre. Circée leva le regard vers sa coéquipière, l’invitant à suivre le rythme de ses mains et bien vite, elle fut suivi par deux, quatre, douze, une centaine de personne suivant un rythme bien plus lent que celui imposé par le son d’origine. Circée était un peu surprise du résultat, elle s’imaginait que cela ne coupe l’enthousiasme du public. Ils étaient devenu silencieux, attentifs de voir ce que la jeune femme pourrait bien apporter.

Elle profita de cet instant pour réfléchir rapidement à ce qu’elle allait dire, Elyn lui avait brièvement expliqué que pour l’emporter il lui faudrait raconter quelque chose en rythme, l’emporter par les paroles, imposer sa domination par la rime. Une chose que Coffy aurait pu adorer faire s’il était encore parmi eux, il semblerait qu’elle était destinée à lui voler ce rôle.

« Ecoute petite, laisse-moi t’confier ce qu’est l’amour. Ce sera clair, ce sera court.
On dit qu’il faut être deux pour s’aimer, j’te dis qu’il faut être bonne pour baiser.

L'amour, c'est la guerre, sans les armes,
Soit souple, soit forte pour capturer ton âme soeur.

Plus besoin de mariage pour garder l’amour quand tu fais parler tes courbes
Vas-y déchaîne ta rage, la maîtresse t’écoute.
»
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Niveau : 18
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 1 Juin - 19:32
Dans quoi m’étais-je embarquée ? J’avais passé une belle journée, avais profité des divers stands ouverts pour le plaisir des festivaliers et avais même hésité à me munir d’un déguisement. Bien sûr, ma dent sucrée avait également trouvé son bonheur. Certes, j’avais aussi lancé des regards désapprobateurs en direction d’un stand de poisson grillé, mais il me fallait accepter que certains individus étaient des monstres et le resteraient à jamais. Tout cela pour dire que je n’étais pas à plaindre et que je passais un bon moment, me laissant porter par les circonstances. J’avais même rencontré un collègue qui, lui aussi, désirait assister à ce fameux tournoi. Seul problème, en me dirigeant vers celui-ci, j’avais été quelque peu bousculée par la foule à cause de ma petite taille et avais préféré trouver une entrée où je n’aurais pas besoin de blesser autrui en un combat de coudes acharné. C’est donc avec le sourire, sans la moindre inquiétude, que j’avais choisi de jeter mon dévolu sur une petite entrée un peu en retrait, me disant qu’elle me mènerait, comme les autres, vers les gradins. Pire, je me trouvai intelligente de l’avoir remarquée et me demandai pourquoi les autres festivaliers se dirigeaient tous vers l’autre entrée. À croire qu’ils aimaient se rentrer dedans.

Ce n’est que plus tard que j’avais compris, lorsque l’on m’avait montré le chemin menant à des marches qui me conduisirent sur la scène. Je n’allais pas assister au spectacle, j’allais devoir le faire ! Qu’à cela ne tienne, il était trop tard pour reculer. Si je tournais les talons maintenant, que j’admettais que c’était une erreur, j’allais causer des problèmes au niveau organisationnel. En plus de possiblement gâcher le plaisir de toute cette foule, ce qui était absolument hors de question. Je préférai me munir d’un sourire doux et saluer les gens, espérant ne pas faire de bévues et entrer dans le rôle. N’étais-je pas, après tout, une sirène ? S’il y avait quelqu’un capable de captiver une foule, ce serait bien moi !

Mes ardeurs ne furent même pas refroidies par notre présentateur qui, ma foi, semblait avoir emprunté le mauvais chemin dans la vie. Non pas que sa carrière ne lui réussissait pas, mais nous offrir de l'argent pour gagner notre affection, ce n’était pas une conduite digne d’un gentleman et, surtout, ce n’était pas romantique ! Comment osait-il proclamer haut et fort que son thème était celui de l’amour alors que, manifestement, il n’y connaissait rien lui-même ? J’allais devoir remettre les pendules à l’heure et je ne croyais pas si bien dire ! Si j’eu d’abord peur de voir mon adversaire baisser les bras en demandant d’arrêter la musique, je compris rapidement ses intentions et commençait à taper des mains en rythme, curieuse de voir ce qu’elle me préparait.

Visiblement, la pauvre n’avait pas eu de chance en amour et/ou sortait directement de la même école de pensée que notre présentateur. Celle selon laquelle l’amour n’était qu’un échange dans lequel chacun cherchait à combler ses vices, qu’il soit question d’argent ou de sexe. Je ne pouvais laisser passer cela. J’allais devoir m’élever contre ces pensées néfastes et redonner foi en l’amour à ces pauvres individus. Que dis-je, à la foule entière ! Je lui prouverais que je n’étais pas une petite, mais bien une jeune femme au cœur pur qui ne demandait qu’à aimer et à être aimée, à avoir foi et à combler une personne sans rien demander en retour. J’en faisais mon devoir, l’amour devait triompher !!

« Tu parles de maîtresse, mais je ne vois qu’une femme brisée,
Désenchantée, désillusionnée, qui n’a jamais vraiment été aimée.

Mais ne t’inquiète pas ma belle, c’est aujourd’hui que tout ça change.
T’as bien compris bébé, dès maintenant j’vais faire de toi mon ange.

Oublie ces hommes sans valeur, ils ne t’aimeront jamais comme moi.
Je vais réparer ton cœur, un baiser à la fois ! »


Et, pour clôturer ma partie, un joli baiser soufflé en direction de la grande blonde. L’opération Charmons la foule et redonnons à l’Amour ses lettres d’or était lancée !




PRES ►  FICHE-T  ►  JOURNAL
#cornflowerblue
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 5 Juin - 19:41


La foule était en délire après ce début de haute facture entre les deux jeunes femmes. S'étaient-elles montrées à la hauteur de ce que cherchait Sang-yong ? En tout cas, son sourire pouvait exprimer plusieurs choses. Et les demandes du public aussi.

« Encore ! Encore ! Encore ! »

Qui donc de mieux pour ébouillanter encore plus l'arène que le RapGod en personne ? Après avoir vu de quoi les deux autres concurrents étaient capables, il s'approcha des deux jeunes femmes avec son air arrogant. Évidemment, elles ne lui arrivaient pas à la cheville en ce qui concerne le domaine, mais peut-être qu'elles pourraient proposer quelque chose d'intéressant.


Takahashi Jones, neuf fois vainqueur du Rap Battle de Vernia. Premier présentateur du concours.

Prenant son micro, il tint d'abord à féliciter les deux jeunes femmes pour leur prestation. Sans doute avait-il, lui aussi, apprécié l'échange :

« Bien joué mes jolies vous avez réussi la première étape. Voyons voir si maintenant vous n'allez pas passer à la trappe. Êtes vous des costaudes ou des p'tites frappes. C'est c'que vous allez me montrer dans ce rap ! OH YEAH ! »

Bien sûr, après une telle ouverture, la balle était dans le camp de Circée et de Minazuki. Le public, frénétique, était comme envoûté par les provocations et la façon de faire de Takahashi, qui dominait complètement la scène de son charisme et son aura.

« ARE YOU READY ? »

Et le public de lui répondre d'un « EVERYBODY ! » à l'unisson, comme en symbiose avec sa star préférée.

Il ne tenait plus qu'aux deux jeunes femmes, maintenant, de se distinguer !

HRP : Voici les règles de ce rap battle :

1] - Vous allez vous affronter dans un échange de trois rounds, à chaque round son PNJ et son thème. Celui de Takahashi est la liberté et vous allez devoir faire un petit rap sur cela.
2] - Le rap en question doit avoir six phrases, chacune composée de 20 mots max.
3] - Le délai de réponse maximum est de 72 heures. Le vote sera fait à l'issue des trois rounds pour déterminer le vainqueur.
4] - L'ordre de réponse dépendra de votre tirage au sort. Ainsi, c'est à Circée de commencer !
5] - Have fun et, surtout, ayez le bon flow.


Never-Utopia par Koalz
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Niveau : 17
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 8 Juin - 17:46
Sous les propositions éhontées de la jeune femme, Circée arqua un sourcil. Si elle resta de marbre sous les sous-entendus de sa misère sentimentale, elle était loin de s’attendre à ce que son adversaire ne joue la carte de la séduction. Sous le baiser envoyé au public, il n’y avait nul doute que certains y verrait un numéro de charme efficace. La blond claqua la langue contre son palais, légèrement agacée par ce petit numéro.

« Ah oui, t’es atteinte à ce point… » marmonait-elle à elle-même en laissant un sourire moqueur élargir ses traits.

Circée avait toujours eu tendance à croire que l’amour se résumait à ce que l’ont pouvait voir chez certains : des mots d’amour ponctuant chaque phrase, la mollesse des paroles, des gestes, le besoin presque addictif d’être avec l’autre, à ne rien faire, à se regarder dans les blancs des yeux sans parler, réclamer l’attention pour des choses futiles et cette petite voix doucereuse qui irritait ses oreilles. Tout ça n’était qu’une abomination, un comportement enfantin stupide qui entravait les amoureux dans un coin confortable à se pelotonner l’un contre l’autre comme des chiots avec un sourire béat et imbécile. Circée en avait connu, vu et entendu agir de la sorte à tel point que le ressentir était une malédiction plus qu’un bonheur. Gilby Bartholomew lui narrait souvent dans sa jeunesse qu’un tel sentiment était destructeur, castrateur. Son adversaire en était le résultat : Dans l’excès elle n’était le fruit que d’un besoin d’amour, celui d’offrir ou de recevoir, là où le reste perd tout son importance. Ce n’était pas Circée qui se fourvoyait, mais belle et bien ces gens qui voyait en l’amour quelque chose de nécessaire et d’énergisant.

Les hurlements frénétiques de l’assemblée détourna son attention vers le nouvel animateur entrant en scène : un homme, Takahashi Jones, dont elle se souvenait avoir lu son nom à plusieurs reprises dans les journaux. Il avait dans ses souvenirs déjà participé aux Rap Battle et avait gagné environs… trois ou quatre fois. Cela n’avait pas d’importance. Bien que dans le fond, elle aurait préféré se mesurer à une pointure comme lui plutôt qu’à ce cœur d’artichaut.

Pour le second round, l’animateur annonça un tout nouveau thème à traiter : la liberté. Un thème qui ne pouvait être totalement pris au sérieux par la Bartholomew qui, dès l’instant où le round commença, se mit à rire à gorge déployée. Que savaient-ils de la liberté ? Eux qui vivent pieds et poings liés sous les chaînes de la loi ? Le micro porté à ses lèvres, elle allait apprendre à tous ce qu’était être libre :

« Un baiser dis-tu ? Commence donc par le bas,
Tu dois n’atteindre que cela à vivre à genoux comme ça.

Tourne sept fois ta langue dans ta bouche, tu essuieras peut-être le blanc entre tes lèvres,
Ouvre les yeux, pense par toi-même, ça t’éviteras d’être aussi mièvre.

Pour être libre, petite, arrête d’avaler toutes ces couleuvres.
La liberté est morte, elle est machination, ce n’est plus que manœuvre.
 »

Durant le show, elle s’était approchée de Minazuki, imposant devant elle toute sa hauteur, le regard perçant le sien comme une menace silencieuse en ponctuant chaque mot comme lui étant adressée personnellement. En réalité, ces paroles auraient pu correspondre à n’importe qui, en cet instant, Minazuki était cette allégorie, cette égérie d’un monde se complaisant dans son ignorance.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Renewal :: Section RP :: Sea Blues :: West Blue :: Vernia :: Festival Annuel de Vernia :: Tournoi de Vernia-
Sauter vers: