:: Section RP :: Sea Blues :: West Blue :: Orion Tale Islands Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Business Girls | pv Circée

avatar
Niveau : 15
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 13 Mai - 19:16
"Wouah !"

Bouche bée, Hiroven D. Hannah savourait. Il s'agissait de sa deuxième étape du voyage dans les îles de West Blue : Orion Tale Islands ! Le groupe d'îles à la culture orientale des plus présentes. D'après les récits des marins qu'Hannah avait croisé sur le quai, cette culture était le fruit d'anciens maîtres combats Shaolin qui avaient emmené leur culture dans leur retraite. Un bâtiment central était en vue et d'ailleurs de sa position Hannah pouvait voir que cet édifice était le noyau central de plusieurs bâtiments. Au premier regard, la belle à la crinière des blés constatait qu'il y avait au moins une échoppe commerciale, un bâtiment plus grand qui semblait être une sorte d'école.

Marche après marche, la détentrice du Horo Horo no Mi avançait pour se retrouver devant l'entrée principale d'une sorte de Monastère. En son centre, une vingtaine d'hommes et de femmes étaient en train de se perfectionner dans l'art du combat. Hannah, elle, ne savait pas se battre et ne jugeait pas utile de le savoir bien qu'une petite part d'elle même trouvait ça "cool". Et puis même si son face à face avec Elyn s'était bien passé, rien ne disait qu'avec une autre personne cela serait identique. Lors de son tour du monde pour perfectionner son art de la forgeonnerie Hannah serait sans doute amenée à se protéger. En parlant de la louve, c'était à cause d'elle que la blonde était en ces lieux. Une demande de forgeonnerie pour son plus grand bonheur ! La réputation de son maître bien que sur le déclin peu avant son décès avait déteint sur son apprentie : Hannah. Elyn avait donc arrangé un rendez-vous entre Hannah et son chef, une certaine Circée.

"Excusez moi Monsieur je cherche une viell... enfin une dame plus âgée que moi, une certaine Circée vous la connaîtriez ?"

Elle venait de se rattraper concernant son langage consciente que de qualifier une personne de "vieille" ne l'aiderait pas pour autant à la trouver. De plus ce... moine pourrait très bien rapporter ses propos à cette Circée et adieu le boulot ! Armée de son plus beau sourire Hannah espérait convaincre le pauvre homme qui semblait particulièrement intimidé. Les secondes défilèrent sans qu'il n'eut la moindre réaction. Aussi elle crut bon d'ajouter :

"On m'a dit qu'on pouvait la reconnaître à son visage. Vous savez euh...."

La forgeronne passait dans le même temps la main sur son visage mimant maladroitement une cicatrice. De nouvelles secondes passèrent et toujours rien mis à part le regard gêné de son vis-à-vis. Hannah soupira faisant un signe de la main afin que l'homme sache qu'il pouvait reprendre sa route.

"A croire qu'il a fait vœu de silence ce type...."

Ou alors était-ce le caractère exubérant de la forgeronne qui était en cause ? Relevant la tête la belle apercevait une étrange fumée. Une lueur nouvelle abritait ses pupilles rubis à cette vue avant qu'armée de son sac elle ne se précipite vers elle. La source se situait dans un bâtiment un peu plus loin, à l'écart. Son maître lui avait parlé dans le passé que dans la culture orientale Shaolin, ces derniers forgeaient eux même leurs armes. Une sorte de tradition ancestrale, un truc du genre. La forgeronne poussait les immenses portes en bois de la forge et restait sur le palier.

"Madame la chef d'Elyn ? Z'êtes là ?"
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Niveau : 17
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 15 Mai - 2:38


Les chants religieux résonnaient dans les longs couloirs ouverts du village. Le son de l’eau s’écoulant dans le bassin extérieur, ajouté à l’écho mélodieux des instruments locaux vibrant jusqu’aux oreilles de Circée était tel un souffle apaisant. Elle en oubliait presque les raisons de sa venue, les futures épreuves qu’elle devait franchir. Le tintement de la cloche bloquait tout battement irrégulier à son pauvre cœur et sa respiration n’en était que plus lente. En cet instant, Circée s’imaginait bien prendre sa retraite en ces lieux. Se consacrer uniquement et simplement à la méditation et à la simplicité de ces lieux.

Il était encore tôt pour songer à cela.

Circée était arrivée par bateau sur Orion Tale Islands dans la matinée. Sa jeune disciple avait eu vent d’une forgeronne dont l’art pouvait être utilisé pour réparer son arme si singulière. L’un des points intéressants de ce bouche-à-oreille était que la relation entre Elyn et cette jeune femme avait, semble-t-il été suffisamment cordiale pour qu’elle ne fasse pas de manière pour accepter l’emploi. De plus, elle s’imaginait pouvoir marchander cette réparation contre tout autre chose, là où un forgeron de Vernia se serait probablement permis de gonfler ses prix ou à bidouiller le fonctionnement de son arme dans l’espoir de la voir repasser devant sa boutique. Circée avait appris à se méfier des marchands, après tout, elle-même avait eut l’occasion d’en croiser durant sa jeunesse. La seule personne en qui elle avait exclusivement confiance en cette matière était le forgeron de Toroa Island, mais il lui était à présent impossible de lui rendre visite avec les derniers évènements. Il avait suffit d’une simple liste de sa vie passée pour réduire à néant le règne éphémère de Circée Bartholomew au sein des Guns.

Sous le regard insistant du moine de la forge, Circée se retenait de porter la flamme de son briquet à son cigare. Elle n’était pas en terrain méconnu, mais un minimum de respect était à avoir. Malgré tout, Circée caressa son briquet sous la flamme incandescente, s’imaginant que sa propre fumée ne contaminerait pas plus le milieu que celle de la braise chauffant dans le four.

« - Votre frère m’a spécifié que je pouvais emprunter votre forge à condition que je n’interrompe pas l’activité des moines. Rien de plus. »  Elle laissa échapper sa fumée d’entre ses lèvres « Vous sentez-vous interrompu lorsque je fume pendant que vous êtes là, à ne rien faire, sur votre chaise ?»

La voix de la hors-la-loi était calme, sereine lorsque ses mots percèrent le silence de la forge. Il n’était pas utile de se montrer désagréable dans un environnement aussi reposant, mais il était difficile pour cette grande blonde de ne pas caresser de ses lèvres la longue tige de tabac plus d’une journée. Si cela était chose incompatible avec la philosophie de l’Île alors peut-être devra-t-elle songer à une nouvelle destination pour sa retraite.

Le moine détourna le regard sous les paroles de Circée, il n’était ici que pour surveiller la femme jusqu’au retour de son frère, parti il y a quelques heures de cela à sa méditation. Ce dernier était d’ailleurs le garant principal de Circée dans ces lieux. Après discussion avec Elyn sur l’identité de son forgeron, la fumeuse avait entreprit de contacter un ancien criminel de sa connaissance ayant trouvé le salut de son âme dans cette île dès lors qu’il y posa un pied à terre. Cela faisait à présent quatorze ans qu’il s’était reconvertit mais les années ne lui faisait pas oublier ses relations extérieures. Circée était l’un d’entre eux par le biais de Coffy, lorsqu’il était toujours second dans l’organisation criminelle.

La porte s’ouvrit à ce moment-là, le moine s’était levé précipitamment de sa chaise avant de se rasseoir lentement, une mine déçue de voir se présenter une jeune femme blonde au teint mât et non celui qui devait le remplacer.

"Madame la chef d'Elyn ? Z'êtes là ?"

La voix s’était élevée dans la forge malgré les bruits environnant, sortant Circée de ses songes à sa vue. Au vu de sa manière de se présenter, il ne faisait aucun doute qu’il s’agissait ici du forgeron employé par sa disciple.

« Vous voilà, la forgeronne tant recommandée par ma petite Elyn. »

Circée décroisa lentement ses jambes et se leva, son long manteau était accroché sur le dossier de la chaise, laissant entrevoir les courbes féminines et bien en chaire sous son tailleur bordeaux. Au loin,  ses marques de brûlures ressemblaient davantage à des tâches de bronzage. Ses talons claquaient en un rythme lent tandis qu’elle profitait de cet instant pour observer attentivement la forgeronne : Elle semblait plutôt jeune, probablement dans la même tranche d’âge qu’Elyn. Le teint hâlé donnait l’impression qu’elle provenait d’un lieu ensoleillé, à moins que sa peau ne soit plus sensible au soleil que d’autres ou qu’elle voyage énormément au grand air. Son uniforme aussi lui était méconnu, mais elle n’avait aucune nette connaissance en matière de mode pour l’affirmer ouvertement. Il ne suffit que de quelques secondes pour briser à la fois la distance qui séparait les deux femmes mais également l’espoir de voir en elle les attraits d’une femme normale. A son stricte opposé, cette jeune forgeronne était de plus petite taille mais son visage rondelet et ses grands yeux à la couleur des joyaux sanguins lui donnait un certain charme. Nul doute qu’elle devait avoir son petit succès auprès des hommes.

Elle releva légèrement la tête pour laisser échapper la fumée d’entre ses lèvres au même titre que cette dernière pensée nocive. Il était une époque où ce genre de beauté la rendait malade au point de vouloir offrir l’opportunité sordide à ces femmes de ne plus souffrir du regard lubrique des hommes. Avec le temps, elle s’était faite à l’idée que cela ne lui apporterait aucune solution immédiate à sa laideur accidentelle, si ce n’est une satisfaction éphémère.

Son cigare retrouva le chemin de ses dents lorsqu’elle tendit sa main pour saluer la jeune femme.

« Madame la chef d’Elyn, on peut dire ça comme ça, effectivement. Cela n’a guère d’importance. »

Ce n’est pas comme si elle s’attardait réellement sur les formalités pour une simple affaire de forgeage.

« L’individu chargé de vous accompagner durant votre activité dû à la singularité de leur coutume est absent pour le moment. J’imagine par ailleurs que vous venez tout juste d’arriver sur l’île, n’est-ce pas ? Je vous en prie, venez vous joindre à moi. Nous pourrons ainsi attendre ensemble sa venue. »

Elle s’approcha rapidement son visage de l’oreille d’Hannah, confiant au creux de son oreille :

« Entre nous, cela sera bien plus confortable de patienter ensemble. Je rêve depuis trois heures déjà d’avoir une conversation sonore avec quelqu’un. J’en viens à souhaiter de ne jamais me lier à un muet de ma vie. »

L’homme en question essayait de ne pas regarder les deux femmes dans leur court échange mais Circée était persuadée que dans le fond il avait comprit qu’elle parlait de lui.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Niveau : 15
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 16 Mai - 12:23
Malgré sa curiosité presque maladive et son coté sans gêne, Hannah restait sur le palier de la forge. Sans doute était-ce à cause de l’atmosphère particulière qui régnait dans ses lieux. Les bâtiments, les sculptures, non, toute cette île en fait, semblait imprégnée de l’essence des anciens guerriers Shaolins. Pour une des rares fois de sa vie, la petite forgeronne était impressionnée. Une voix féminine lui répondit alors, lui signifiant qu’elle avait enfin trouvé le bon endroit. Hannah notait bien les termes que l’inconnue venait d’employer. Sa petite Elyn.  La louve avait plus l’air d’un dragon que d’une petite Elyn pourtant.

La supérieure de la brune semblait prendre tout son temps pour observer Hannah qui haussa un sourcil, dû à son incompréhension quant au fait d’être détaillée de la sorte, et pourtant elle fut bien rapidement à sa hauteur. Cette femme, blonde également, était nettement plus grande qu’elle et sans doute plus âgée. Elle inspirait le respect sans aucun doute là-dessus. Elle faisait tellement « badass » avec le cigare qu’elle venait de porter à sa lèvre, qu’elle impressionnait encore plus la forgeronne dont le regard écarlate restait fixé sur le visage de son interlocutrice. Attrapant la main tendue, elle ne pouvait pas s’empêcher de s’exclamer :

« Wouah ! La vache ! On ne vous a pas loupée. »

Hannah faisait référence aux stigmates de brûlures sur le visage de celle-ci, prédominant au niveau de l’œil et de la joue. La patronne n’avait pas dû avoir une vie facile et la petite blonde se questionnait quant à l’origine de ces cicatrices disgracieuses. Dans le même temps, la femme au cigare ne semblait pas s’ennuyer avec les formalités et avec Hannah on pouvait dire qu’elle était bien tombée.

Cependant la détentrice du Horo Horo no Mi, « tiqua » lorsque son employeuse mentionna le fait qu’elle allait devoir travailler avec un de ces moines silencieux et coincés. On ne lui avait jamais parlé que ce petit travail se ferait avec quelqu’un d’autre. Bien que cela pouvait être bénéfique d’en apprendre plus sur ces techniques supposées ancestrales, Hannah tenait à garder son propre style qu’elle avait acquis de son mentor. Toutefois, pour l’instant, elle garda le silence jugeant le moment de s’exprimer inopportun alors que Circée lui gratifiait de son envie de converser enfin avec quelqu’un. N’étant absolument pas contre, elle répondit :

« C’est clair, on dirait qu’ils ont un balai dans le cul. J’en ai accosté un dehors et pas moyen de le faire parler. La galère pour vous trouver du coup. »

La blondinette se tourna vers l’homme qui regardait les deux femmes avant de lui tirer la langue et ce, avec le plus grand des sourires. Son geste n’était en aucun cas une insulte mais simplement une petite taquinerie à la Hannah. Elle était comme ça, taquine, insouciante, enfantine. Attrapant Circée par le bras, elle se dirigea vers le siège que la grande blonde avait délaissé un peu plus tôt.

« Je ne me suis pas présentée, je m’appelle Hiroven D. Hannah. Forgeronne de métier et bientôt je serais connue comme la meilleure forgeronne du monde ! Mes armes dépasseront même les Meitous et seront populaires dans le monde entier ! »

Hannah avait prononcé ces quelques paroles avec conviction, comme toujours lorsqu’elle parlait de son métier ou de ses ambitions. La jeune femme s’était faite une promesse et elle comptait bien l’accomplir peu importe les obstacles sur son chemin ou les moyens employés. Une lueur de détermination illuminait le regard de la jeune artisane. Cette lueur qui changeait de sa malice habituelle et qui accentuait cette volonté sans faille dont elle était dotée. Elle prenait son travail au sérieux, comme une véritable passion. Et l’on pouvait dire que la petite Hannah était capable de devenir une experte en la matière.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Niveau : 17
Voir le profil de l'utilisateur
Hier à 18:22
Les lèvres légèrement entrouvertes, Circée aurait presque fait tomber son cigare si elle ne le tenait pas entre ses doigts. Avec un comportement aussi désinvolte, Circée ne parvenait pas à imaginer Elyn converser suffisamment longuement avec cette jeune femme pour obtenir ce rendez-vous. Si leur âge semblaient plus ou moins correspondre, la louve avait une attitude froide et antipathique contrastant avec l’enthousiasme horripilant de la forgeronne. Mais, après tout, ne dit-on pas que les opposés s’attirent ? Elle ne s’attarda pas sur l’étonnement d’Hannah sur sa cicatrice au visage, ce n’était certainement ni la première, ni la dernière à le constater, la seule véritable différence avec tant d’autres est que sa manière de l’exprimer ressemblait davantage à de la compassion simple à celle d’un réel dégoût. La Bartholomew s’imaginait que l’identité jouait beaucoup sur la manière dont on pouvait la percevoir.

Rapidement, Circée fut emmenée vers la place qu’elle avait précédemment emprunté dans la pièce, les mains de la jeune demoiselle tenant fermement son bras jusqu’à s’installer sur le siège où se trouvait son manteau au dossier.

Son caractère enfantin, son langage et ses ambitions surréalistes rappelait presque les enfants qu’elle côtoyait durant ses quelques mois d’orphelinat à Las Camp, tous espéraient répondre à une ambition tordue, digne des plus grands rêveurs de ce monde. Cependant, ces enfants-ci rêvaient de toucher les étoiles pour ne pas baisser les yeux sur les sables mouvants qui enfonçaient leurs jambes dans les tréfonds de la réalité. Aujourd’hui, elle ne doutait certainement pas que la petite Jeanne soit devenue une grande danseuse, celle que l’on paye pour que ses mouvements envoûtants caresse son bassin ; Kylian était probablement le capitaine des charognes enterrées ; Marise avait probablement conquit son espoir de devenir mère en redoublant d’effort pour subvenir aux besoins d’une quinzaine d’enfants dont l’homme assis sur son fauteuil n’est jamais le même. Qu’en était-il pour elle ? Il suffisait de la regarder pour deviner qu’elle n’espérait plus rien de la vie depuis des années.

Aujourd’hui, les rêves n’étaient que des échappatoires stupides à une réalité égoïste. En sachant cela, Circée relâcha un rire étouffé en réponse à ces mots.

« - Dans ce cas, me voilà chanceuse de pouvoir admirer toute l’étendue de la future « meilleure forgeronne du monde », n’est-ce pas ? Depuis combien de temps faites-vous ce métier, d’ailleurs ? Vous semblez assez jeune... »

Ces paroles correspondaient nettement à ses soupçons. Elle s’attendait à trouver une femme d’âge mûr ou au comportement suffisamment solennel pour en donner l’impression. Circée était loin de douter du génie de certains jeunes enfants dans un domaine dans lequel d’autres mettraient des années à maîtriser l’art de la forge. Néanmoins, accepterait-elle de prêter ce génie à une jeune femme au comportement aussi espiègle ? Elyn devra probablement répondre de l’incompétence de son contact si Trickster venait à perdre de sa superbe.

« Voyez-vous, mon âge avancée m’a appris à me méfier des plus jeunes. Pas qu’ils soient moins compétents que d’autres mais j’aurais l’habitude de me fier à un expert de quelques années supplémentaires, simple question pratique. Vous viendriez à la même conclusion que moi si vous deviez tendre une chose qui vous est cher à un novice, n’est-ce pas ? »

Circée claqua ses talons sur le plancher, son corps se penchant légèrement en avant, son visage proche de celui d’Hannah bien que le regard semblait se concentrer sur tout autre chose. Un « Permettez... » poli ramenant l’attention sur ses lèvres pourpres en prononçant ce mot. « Et ce que vous devez réparer m’est très, très cher. »

Circée se retira presque aussitôt, portant entre ses mains une arme soigneusement renfermée dans un fourreau en cuir. Jouant machinalement avec en retirant avec précaution l’arme de son fourreau, elle fit une brève présentation avant de le lui tendre.

« Voici mon arme. Je la surnomme « Trickter. » _ Vous comprendrez très vite pourquoi, croyez-moi_ Je vous laisse tout le temps qu’il vous faut pour la scruter comme vous le souhaitez. J’attends de vous que vous me donniez votre expertise avant de vous laisser libre de la réparer. »

Elle vint s’asseoir sur le rebord du muret ouvert, savourant son cigare à moitié consumé en observant la forgeronne. Circée s’était volontairement placée à distance, mesurant au millimètre près sa position par rapport à Hannah, après tout, elle-même connaissait l’un des principaux problèmes de son arme mais il n’était pas intéressant de délivrer tout ses petits secrets, n’est-ce pas ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Niveau : 15
Voir le profil de l'utilisateur
Hier à 22:13
Hiroven D. Hannah. La forgeronne ferait en sorte que ce nom - son nom - soit inscrit comme une légende au sein de la forgeonnerie. Elle serait peut-être moquée, son chemin sera sans doute long et parsemé d’embûches mais le résultat sera le même : Elle n'échouera pas ! Elle ne se le permettrait pas ! Circée semblait septique, adoptant un ton qu'Hannah jugeait ironique. Très bien, son aventure allait commencer ici et son interlocutrice serait la première véritable épreuve de son périple. Et après tout, la blondinette ne pouvait pas en vouloir à la chef d'Elyn, cette dernière ne la connaissait ni d'Eve, ni d'Adam. Hannah tira la langue avant de prendre la parole à son tour.

"Vous pouvez vous moquer si vous le voulez mais je vous garantis que mon travail sera reconnu. Quant à mon expérience, cela fait six années que j'ai appris auprès du meilleur des forgerons de West Blue."

La forgeronne quitta son assise tout en restant néanmoins en face de Circée. Cette dernière confirma par ses paroles ce qu'Hannah pensait. Elle ne lui faisait pas confiance et était des plus septiques quant à ses capacités. Elle devait cependant bien avouer que les arguments de la dame brûlée étaient tout à fait recevables. Qu'est-ce que c'était énervant pour Hannah d'admettre qu'elle était en position de faiblesse ! Frustrant même ! Elle allait devoir la jouer fine et rendre une copie parfaite !

"Je comprends vos craintes, sincèrement. Mais à vous voir me juger sur mon apparence et mon âge cela m'incite à penser que vous êtes aigrie. Elyn vous fait confiance et je fais confiance à Elyn. Pour moi, ça s’arrête là. Si jamais vous êtes aussi inquiète, donnez moi une arme lambda à réparer et vous verrez."

La scène qui suivit fut assez ambiguë, allant même jusqu'à faire rougir Hannah qui pourtant n'avait pas froid aux yeux. Circée savait y faire et en quelques secondes la forgeronne prenait conscience de toute son inexpérience dans ce genre d'entretien. La fille au cigare savait ce qu'elle voulait et c'en était presque effrayant, encore plus quand elle se retira et qu'Hannah put voir l'arme qu'elle tenait entre ses mains. Si son interlocutrice avait été une ennemie... la blondinette aurait déjà très bien pu passer l'arme à gauche. D'ailleurs, surprise, elle recula d'un pas pour tomber sur les fesses, celles-ci reprenant leur place sur la chaise qu'elle avait quitté un peu plus tôt.

La détentrice de l'Horo Horo no Mi avait bien pressenti lors de sa rencontre avec Elyn que cette dernière semblait traîner dans des affaires que l'on pourrait qualifier de "louches" sauf qu'elle avait "minimiser" l'importance de cette rencontre. Elle devait bien l'admettre. Clignant des yeux, toujours sous l'effet de surprise, Hannah tendait machinalement les bras pour prendre l'arme alors que sa propriétaire fournissait quelques explications. Elle attendait de la blondinette une véritable expertise avant de donner le travail. Une sorte d'ultime test comme lors d'un entretien d'embauche.

"Trickter vous dites... hum je suppose que votre arme a une petite surprise pour moi donc." Elle marqua une pause avant de rependre : "Je n'avais jamais vu de naginata avant mais mon maître m'a beaucoup fait étudier et je sais qu'habituellement, ce type d'arme n'est pas aussi petit et peuvent mesurer jusqu'à deux mètres. Donc..."

La solution devait se trouver dans le manche, Hannah ne voyait que cela. Quant à l'état de la lame, elle en débattrait plus tard. Pour travailler, la belle blonde avait besoin d'en connaître le plus possible sur l'arme, de même elle voulait connaître son histoire car toute arme avait son historique. Manipulant le manche avec précaution, elle poussa un petit cri quand l'arme s'allongea. La lame pourtant abîmée allant même jusqu'à trancher quelques mèches de sa chevelure dorée.

"Hiiiii !!!"

Son palpitant s'en donnait à cœur joie et l'artisane posait d'ailleurs sa main sur son emplacement. Si elle avait été plus âgée, elle n'aurait sans doute pas eu le réflexe de reculer la tête, une fraction de seconde pour quelques centimètres voilà la différence.

"Bon, au moins, je sais d'où vient son nom. Vous auriez pu me prévenir quand même.... Sinon vous pouvez me raconter son histoire ? Si cette arme vous importe tant, elle a forcément une histoire. Et je ne parle même pas de la qualité de la lame, si on peut encore parler d'une lame."

Fermant un œil, Hannah positionnait la lame face à son regard, l'analysant avec toute son expertise, pour constater qu'effectivement, il y aurait du travail. Il restait cependant à savoir ce qu'attendait précisément Circée. Une nouvelle lame ? Une restauration ? La forgeronne avait bien sa petite idée mais elle n'était qu'exécutante après tout. Si ça ne tenait qu'à elle, la lame serait changée intégralement sauf qu'elle voulait entendre son histoire avant de se prononcer.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Niveau : 17
Voir le profil de l'utilisateur
Aujourd'hui à 17:52
La notion de « meilleur forgeron de West Blue » ne pouvait que faire tiquer la conscience de Circée. Avec ce qu’elle avait acquis durant ces années, l’un des meilleurs forgeron à sa connaissance se trouvait à Toroa Island. C’était mauvais. Si cette jeune fille était effectivement une disciple de ce forgeron alors lui accorder ce travail _ surtout avec une arme aussi singulière_ serait une information non-négligeable pour Buscet T. Elle ne connaissait que trop bien l’avarice du forgeron, il suffisait qu’on lui offre des fonds supplémentaires pour que sa langue ne se dénoue en un clin d’oeil.

« - Le meilleur forgeron de West Blue ? Cela m’intrigue, de quelle île provient-il ? »

Puis elle eut une illumination : de bons forgerons, il y en avait des dizaines au moins à West Blue et seulement deux de sa connaissance acceptaient de travailler pour le cartel. Il ne pouvait pas s’agir de lui, non. La coïncidence serait trop grande.

Circée porta ses mains sur son cigare, masquant ses lèvres pincées sous l’allusion à son aigreur. Toute son attitude était digne des petites pestes trop franche. Si cela avait tendance à lasser la Bartholomew de la même manière qu’un enfant trop bruyant l’ennuierait, elle savait qu’il était inutile de tenter de la ramener à un monde d’adulte. Au contraire, il était tout à fait possible de tirer avantage de cela, si toutefois elle se devait de négocier avec elle.

L’observation analytique de la forgeronne sur l’arme restait typique de ce que l’on pouvait constater des forgerons ordinaires ; elle payerait cher pour entendre la réflexion de la jeune femme lorsqu’elle tournoya l’arme dans tous les sens. Sa main tenant le cigare se baissa jusqu’à sa hanche. Connaissant l’avantage de Trickster, elle savait que ne rien révéler à la forgeronne serait dangereux, surtout si cette dernière s’amusait à pointer l’arme devant son visage. La fumée du cigare, sous l’impulsion de Circée, glissa sur le sol, passant à l’arrière de la chaise, entourant les pieds de celle-ci afin de provoquer une impulsion sur les mouvements de la forgeronne. Avec un coup de chance, cela pourrait au moins permettre au forgeron de se protéger de l’allongement surprise de l’arme, de l’autre… Elle ne préférait pas s’imaginer devoir expliquer que la maladresse de la forgeronne avec Trickster lui coûta la vie.

Le moine silencieux semblait ouvrir de grands yeux au loin, jamais il n’a vu de son existence de la fumée ne suivant pas les lois physiques. Circée souria légèrement, Hannah était bien trop concentrée sur son activité pour remarquer quoi que ce soit _ surtout si la fumée passe hors de son champ de vision _ et le pauvre moine devrait se contenter de garder le silence, incapable de pouvoir placer des mots sur ce qu’il voyait.

Cependant, au moment même où sa main enclencha la bague du manche, la forgeronne esquiva de peu l’extension de l’arme. La Bartholomew arqua un sourcil, cette demoiselle avait de bons réflexes à s’y méprendre, à moins que cela ne soit de la chance, peu importe la raison. Le danger écarté, la fumée s’évapora rapidement, transformant une bizarrerie en illusion sous le regard insistant du moine au loin.

« Bon, au moins, je sais d'où vient son nom. Vous auriez pu me prévenir quand même.…
- Ah-ah ! Je suis désolée, je voulais absolument découvrir votre visage étonné devant la particularité de cette arme, après tout, n’est-ce pas là tout l’intérêt de Trikster, se faire surprendre ? »

Son visage s’illumina d’une expression joviale avec un sourire et le regard rieur. Son visage semblait prendre les atours d’une adulte chaleureuse, si toutefois on oubliait la cicatrice à son œil droit.

Sitôt l’inspection terminée, Circée hésita à répondre à la question indiscrète d’Hannah. Devait-elle réellement s’attarder à raconter l’histoire de son arme ? Après une brève hésitation, elle s’imagina que le protocole pouvait impacter d’une manière ou d’une autre l’expertise. Elle mesura ses mots, cherchant à donner le maximum d’informations pertinentes possibles.

« Trickster est une arme produite par un forgeron de Toroa Island du nom de Balmong Stadt. C’est un homme plutôt habile de ses mains et la particularité de son art réside principalement dans les armes surprenantes, comme celle que vous avez entre les mains. Cette arme unique _ pour le peu que j’en sache _ date d’il y a vingt ans et a souvent été restaurée par ce même forgeron. La dernière restauration date d’il y a trois ans. Elle était encore en bon état jusqu’à ce que sa récente utilisation ne la mette dans cet état. »

La Bartholomew inspira une longue bouffée de son cigare et laissa la fumée s’évaporer dans l’air. Prévoyant la prochaine question d’Hannah, elle ne tarda pas à répliquer :

« Les raisons pour lesquelles je n’ai plus aucun contact avec ce dit forgeron sont très simples : Je me suis disputée avec lui. Et de toute manière, ses tarifs sont dorénavant beaucoup trop conséquents. »

Les prétextes étaient simples, mais efficace. Elle n’avait aucun intérêt à dévoiler les réelles raisons qui la poussait à ne plus revenir sur Toroa Island, que cela soit dans une discussion informelle ou professionnelle.

« Qu’en pensez-vous ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Niveau : 15
Voir le profil de l'utilisateur
Aujourd'hui à 20:29
Attitude enfantine que celle d'Hannah, il fallait l'avouer mais c'était exactement ce qui caractérisait le mieux la petite blonde. Telle une enfant, elle ne pouvait s’empêcher de faire des blagues, des caprices parfois, et d'avoir des réactions surprenantes comme ce petit tirage de langue à l'encontre de Circée. La forgeronne n'allait sans doute pas se faire accepter en agissant de la sorte. La chef d'Elyn rebondit sur les paroles d'Hannah, en particulier concernant son maître forgeron et son île, une île qui tenait à cœur à la blondinette.

"Crimson Town, la ville écarlate. A ma connaissance, il ne faisait parti d'aucune organisation, il forgeait pour forger et je compte en faire de même. Pirates, Marines ou simples civils, je m'en moque. Je souhaite juste perfectionner mon art et me faire connaître. Et si une tête ne me plait pas, je ne forge pas, c'est aussi simple que ça."

Il ne s'agissait pas là de menace ou autre, la jeune femme voulait surtout que Circée ait connaissance de sa mentalité. Elle voulait être connue pour son travail mais pas à n'importe quel prix. Cela pouvait peut être porter à confusion. Quoi qu'il en soit, après quelques échanges verbaux dans le but de rassurer la femme au cigare, Hannah saisit l'arme à réparer entre ses mains. Elle avait sous les yeux une naginata très petite, et ,après manipulation, la jeune femme risqua de peu d'y laisser quelques lambeaux de chair devant la nouvelle allonge. La forgeronne haussa un sourcil devant la réaction de son interlocutrice qui semblait s'amuser de la situation.

"Oui je comprends bien mais à une fraction de seconde près et vous auriez pu vous chercher un nouveau forgeron."

Suite à cette petite réplique, la détentrice de l'Horo Horo no Mi questionna la propriétaire de "Trickter" concernant quelques détails sur le passif de l'arme. Les éventuelles informations n'étaient peut être pas vitales, néanmoins Hannah avait entendu et vu son maître poser cette question systématiquement lors d'un travail. Fière de son enseignement, elle comptait bien faire de même. L'arme venait donc de Toroa Island, d'un forgeron nommé Balmon, un artisan qu'Hannah ne connaissait pas. L'entretien était plutôt régulier ce qui était une bonne chose. Seulement ce n'était pas réellement ce qu'elle voulait savoir. En parlant d'histoire c'était plutôt les récits, la relation que sa propriétaire entretenait avec celle qui avait de l'intérêt pou la jeune femme aux pupilles écarlates.

"Oh vous savez, votre relation avec ce forgeron ne m’intéresse pas plus que ça, je dirais même que ça ne me regarde pas. Que représente cette arme pour vous ? Je veux dire elle doit bien représenter quelque chose si elle vous est si précieuse et si vous cherchez à la restaurer non ?"

La jeune femme se retourna en direction du moine qui était toujours présent. Même s'il ne parlait pas, il était en mesure d'entendre, peut-être fallait-il prendre plus de précautions ? Elle se racla la gorge, reportant son attention sur Circée.

"J'en pense que je ne sais pas combien les réparations vont vous coûter...."

Elle releva la tête en direction de la grande blonde, tout sourire avant de lui tirer de nouveau la langue d'une manière nettement plus taquine cette fois. Cette arme, ce petit travail mais surtout Circée... tout cela commençait à titiller de plus en plus la curiosité de la forgeronne qui changea même d'avis.

"Initialement, je vous aurais proposé de changer la lame dans son intégralité. Mais en vous écoutant et en connaissant l'attachement que vous lui portez, je me dis que ça provoquerait un trop grand chambardement. Si vous êtes d'accord, je vais simplement retravailler la lame en la faisant fondre en partie. De ce fait, on garde le même matériau d'origine et le poids ne changera pas."

Tendant ses petites mains, paumes vers le haut, le manche de l'arme reposant sur celle-ci, l'artisane planta son regard dans celui de son interlocutrice. Sa mine était on ne peut plus sérieuse cette fois-ci.

"C'est à vous de voir. Vous me faites confiance ou pas ?"


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Renewal :: Section RP :: Sea Blues :: West Blue :: Orion Tale Islands-
Sauter vers: